Une expédition sans trace

Moutain wildernessUn engagement éco-citoyen :

« Limiter l’empreinte écologique de l’expédition »
Dégradation de la Wilderness et responsabilité

Le comportement de nombreuses expéditions en Himalaya ou dans Les Andes est inacceptable et la responsabilité de la dégradation de la Wilderness dans ces lieux exceptionnels retombe entièrement sur les alpinistes.
Il faut considérer comme une faute grave l’abandon des camps d’altitude et des cordes fixes, de même que l’abandon ou le simple enterrement des déchets solides.
Chacun doit s’efforcer d’effacer la moindre trace de son passage.

Extrait du texte fondateur de l’association Mountain Wilderness – Biella le 1er novembre 1987

Un état d’esprit

Le respect de la montagne et de ses habitants
Très soucieux de l’environnement et d’une pratique écologique de la montagne, nous sommes membres de l’association Mountain Wilderness.

Sans traceQuelques principes adoptés pour cette expédition : gestion des déchets (descente de tous les déchets au-delà du camp
de base), utilisation exclusive de réchauds pendant le trek (très grave problème de déforestation au Népal), promotion
des bonnes pratiques environnementales auprès des agences de Trek et des porteurs.

Paulo Grobel, le guide de l’expédition est garant international de l’association Mountain Wilderness.

Gaston RébuffatGaston Rébuffat
‘‘Par Wilderness, on entend cet environnement d’altitude, où tous ceux qui le désirent peuvent encore faire l’expérience d’une rencontre directe avec les grands espaces, et y éprouver en toute liberté la solitude, les silences, les rythmes, les dimensions, les lois naturelles et les dangers.”
(source : Mountain Wilderness France)